Monday, February 28, 2011

MUSIC LA SERA - KATY GOODMAN - VIDEO DEVIL'S HEARTS GROW GOLD - 2011








La Sera is the new project of Katy Goodman (Vivian Girls, All Saints Day), and the eponymous La Sera is their first full-length offering. Recorded in Seattle with a tambourine, guitar, and layers upon layers of heavenly vocals, La Sera muses on death, love, and love lost within the span of two minute choiral pop blisters.

http://www.myspace.com/iamkatygoodman
http://www.hardlyart.com/

EXHIBITION RICHARD PRINCE - LARRY GAGOSIAN'S HOUSE - BEVERLY HILLS - 2011











MOVIE LA PEAU DOUCE/THE SOFT SKIN - FRANCOIS TRUFFAUT - 1964






































Elizabeth Peyton Truffaut at Cannes Film Festival, 1968, 2005

WINNERS AND NOMINEES FOR THE 83rd ACADEMY AWARDS - 2011













Actor in a Leading Role
Colin Firth in “The King's Speech”


Actor in a Supporting Role
Christian Bale in “The Fighter”


Actress in a Leading Role
Natalie Portman in “Black Swan”


Actress in a Supporting Role
Melissa Leo in “The Fighter”


Animated Feature Film
“Toy Story 3” Lee Unkrich


Art Direction
“Alice in Wonderland”
Production Design: Robert Stromberg; Set Decoration: Karen O'Hara



Cinematography
“Inception” Wally Pfister


Costume Design
“Alice in Wonderland” Colleen Atwood


Directing
“The King's Speech” Tom Hooper


Documentary (Feature)
“Inside Job” Charles Ferguson and Audrey Marrs


Documentary (Short Subject)
“Strangers No More” Karen Goodman and Kirk Simon


Film Editing
“The Social Network” Angus Wall and Kirk Baxter


Foreign Language Film
“In a Better World” Denmark


Makeup
“The Wolfman” Rick Baker and Dave Elsey


Music (Original Score)
“The Social Network” Trent Reznor and Atticus Ross


Music (Original Song)
“We Belong Together” from “Toy Story 3" Music and Lyric by Randy Newman


Best Picture
“The King's Speech” Iain Canning, Emile Sherman and Gareth Unwin, Producers


Short Film (Live Action)
“God of Love” Luke Matheny


Sound Editing
“Inception” Richard King


Sound Mixing
“Inception” Lora Hirschberg, Gary A. Rizzo and Ed Novick




Gus Van Sant's My Own Private Idaho. I didn't see it in a theater, I saw it on VHS. Growing up in Palo Alto, being in movies wasn't really a reality, but there was something about this movie that hit me as a viewer.

Sunday, February 27, 2011

LOU DOILLON - "L'IMAGE" DE SAMUEL BECKETT - LA MENAGERIE DE VERRE - 12 AVRIL AU 16 AVRIL 2011 - PARIS 75011







L’Image est une nouvelle de Samuel Beckett. Une seule phrase de dix pages dans laquelle un narrateur raconte le souvenir, à l’instant de la mort, d’une curieuse balade amoureuse à travers champs. Le glissement ininterrompu de la parole semble se dérouler jusqu’au dernier souffle et nous livre les visions, à la fois drôles et émouvantes, de cette étrange idylle.

Arthur Nauzyciel a réuni autour de ce texte des complices artistiques qui chacun à leur tour s’en emparent : le scénographe et architecte Giulio Lichtner, la musicienne Mileece qui crée ses compositions électros à partir de la respiration des plantes, l’actrice Lou Doillon qui fait ainsi ses premiers pas au théâtre et le danseur Damien Jalet qui a collaboré aux créations d’Ordet, de Kaj Munk, Julius Caesar de Shakespeare et Le Musée de la mer de Marie Darrieussecq. À travers la juxtaposition de ces quatre propositions artistiques, L’Image est ainsi recréé chaque soir pour un petit nombre de spectateurs installés sur un parterre de gazon et s’offre à eux tel un paysage d’émotions et de sensations à traverser.





"L'IMAGE" DE SAMUEL BECKETT
Théâtre contemporain
du 12/04/2011 au 16/04/2011.
LA MENAGERIE DE VERRE
12-14 rue Léchevin
75011 PARIS 11


Samuel Beckett

La langue se charge de boue un seul remède alors la rentrer et la tourner dans la bouche la boue l’avaler ou la rejeter question de savoir si elle est nourrissante et perspectives sans y être obligé par le fait de boire souvent j'en prends une bouchée c’est une de mes ressources la garde un bon moment question de savoir si avalée elle me nourrirait et perspectives qui s'ouvrent ce ne sont pas de mauvais moments me dépenser tout est là la langue ressort rose dans la boue que font les mains pendant ce temps il faut toujours voir ce que font les mains eh bien la gauche nous l'avons vu tient toujours le sac et la droite eh bien la droite au bout d'un moment je la vois là-bas au bout de son bras allongé au maximum dans l'axe de la clavicule si ça peut se dire ou plutôt se faire qui s'ouvre et se referme dans la boue s'ouvre et se referme c'est une autre de mes ressources ce petit geste m'aide je ne sais pourquoi j'ai comme ça des petits trucs qui sont d'un bon secours même rasant les murs sous le ciel changeant je devais être malin déjà elle ne doit pas être bien loin un mètre à peine mais je la sens loin un jour elle s'en ira toute seule sur ses quatre doigts en comptant le pouce car il en manque un pas le pouce et me quittera je la vois qui jette ses quatre doigts en avant comme des grappins les bouts s'enfoncent tirent et ainsi elle s'éloigne par petits rétablissements horizontaux c'est ce que j'aime m'en aller comme ça par petits bouts et les jambes que font les jambes oh les jambes et les yeux que font les yeux fermés assurément eh bien non puisque soudain là sous la boue je me vois je dis me comme je dis je comme je dirais il parce que ça m'amuse je me donne dans les seize ans et il fait pour comble de bonheur un temps délicieux ciel bleu d'oeuf et chevauchée de petits nuages je me tourne le dos et la fille aussi que je tiens par la main le cul que j'ai à en juger par les fleurs qui émaillent l'herbe émeraude nous sommes au mois d'avril ou de mai j'ignore et avec quelle joie d'où je tiens ces histoires de fleurs et de saisons je les tiens un point c'est tout à en juger par certains accessoires dont une barrière blanche et une tribune d'un rouge exquis nous sommes sur un champ de courses la tête rejetée en arrière nous regardons j'imagine droit devant nous immobilité de statue à part les bras aux mains entrelacées qui se balancent dans ma main libre ou gauche un objet indéfinissable et par conséquent dans sa droite à elle l'extrémité d'une courte laisse conduisant à un chien terrier couleur de cendre de bonne taille assis de guingois tête basse immobilité de ces mains-ci et des bras correspondants question de savoir pourquoi une laisse dans cette immensité de verdure et naissance peu à peu de taches grises et blanches auxquelles je ne tarde pas à donner le nom d'agneaux au milieu de leurs mères j'ignore d'où je tiens ces histoires d'animaux je les tiens un point c'est tout dans un bon jour je sais nommer quatre ou cinq chiens de race totalement différente je les vois n'essayons pas de comprendre surtout au fond du paysage à une distance de quatre ou cinq milles à vue de nez la masse bleutée d'une longue montagne de faible élévation nos têtes en dépassent le faîte comme mus d'un seul et même ressort ou si l'on veut de deux synchronisés nous nous lâchons la main et faisons demi-tour moi dextrorsum elle senestro elle transfère la laisse à sa main gauche et moi au même instant à ma droite l'objet maintenant un petit paquet blanchâtre en forme de brique des sandwichs peut-être bien histoire sans doute de pouvoir mêler nos mains de nouveau ce que nous faisons les bras se balancent le chien n'a pas bougé j'ai l'absurde impression que nous me regardons je rentre la langue ferme la bouche et souris vue de face la fille est moins vilaine ce n'est pas elle qui m'intéresse moi pâles cheveux en brosse grosse face rouge avec boutons ventre débordant braguette béante jambes cagneuses en fuseau écartées pour plus d'assise fléchissant aux genoux pieds ouverts cent trente-cinq degrés minimum demi-sourire béat à l'horizon postérieur figure de la vie qui se lève tweed vert bottines jaunes coucou ou similaire à la boutonnière nouveau demi-tour vers l'intérieur soit de nature à nous amener fugitivement pas fesses mais face à face au bout de quatre-vingt-dix degrés transferts rattachement des mains balancements des bras immobilité du chien ce fessier que j'ai trois deux un gauche droite nous voilà partis nez au vent bras se balançant le chien suit tête basse queue sur les couilles rien à voir avec nous il a eu la même idée au même instant du Malebranche en moins rose les lettres que j'avais alors s'il pisse il le fera sans s'arrêter j'ai envie de crier plaque-la là et cours t' ouvrir les veines trois heures de pas cadencé et nous voilà au sommet le chien s'assied de guingois dans la bruyère baisse le nez sur sa bitte noire et rose pas la force de la lécher nous au contraire demi-tour vers l'intérieur transferts rattachement des mains balancement des bras dégustation en silence de la mer et des îles têtes qui pivotent comme une seule vers les fumées de la cité repérage en silence des monuments têtes qui reviennent on dirait reliées par un essieu bref brouillard et nous revoilà qui mangeons les sandwichs à bouchées alternées chacun le sien en échangeant des mots doux ma chérie je mords elle avale mon chéri elle mord j'avale nous ne roucoulons pas encore la bouche pleine mon amour je mords elle avale mon trésor elle mord j'avale bref brouillard et nous revoilà qui nous éloignons de nouveau à travers champs la main dans la main les bras se balançant la tête haute vers les sommets de plus en plus petits je ne vois plus le chien je ne nous vois plus la scène est débarrassée quelques bêtes les moutons qu'on dirait du granit qui affleure un cheval que je n'avais pas vu debout immobile échine courbée tête basse les bêtes savent bleu et blanc du ciel matin d'avril sous la boue c'est fini c'est fait ça s'éteint la scène reste vide quelques bêtes puis s'éteint plus de bleu je reste là là-bas à droite dans la boue la main s'ouvre et se referme ça aide qu' elle s'en aille je me rends compte que je souris encore ce n'est plus la peine depuis longtemps ce n'est plus la peine la langue ressort va dans la boue je reste comme ça plus soif la langue rentre la bouche se referme elle doit faire une ligne droite à présent c'est fait j'ai fait l'image.

HEDI SLIMANE - FRAGMENTS AMERICANA - ALMINE RECH GALLERY - BRUSSELS - 25 FEBRUARY_26 MARCH 2011





The result of a fruitful collaboration of more than eight years between the gallery and the artist, the Almine Rech Gallery is pleased to present Fragments Americana, the first exhibition by Hedi Slimane in Brussels.
Fragments Americana follows Young American, a project presented in 2007 at the FOAM Photography Museum in Amsterdam which showed portraits of young creators from New York such as Dan Colen, Terence Koh, Nate Lowman and Dash Snow.



Pursuing his generational exploration, Hedi Slimane will now present a selection of fragments emanating from an archive built up over several years in the United States. The exhibition Fragments Americana reveals a precise and delicate imagery which succeeds in crystallizing an attitude, a flow or a certain energy within an isolated time frame. Far from slipping into melancholy, Hedi Slimane’s vision brings forth a frank and vigorous body of photography. His work flirts with the naturalism of documentary photography and the notion of staging, which is specific to fiction.


Representative of their era, or of a certain era, Slimane’s pictures manifest themselves in the form of allegories of the present, legitimizing, for instance, the emergence of a new rock aesthetic which takes pleasure in posing, accepting its romantic desires and classical features.


Fragments Americana appears as a collection of lives. An assemblage in which aesthetics seems to play the role of narrative binder between the fragments. One is witness to a carefully framed beauty which not only erases any form of hierarchy between subjects and elevates each element to the level of icon, but which also manages to recreate the idea of a community out of a fragmented reality.

Intent on having the project Fragments Americana unfold through a correspondence in three dimensions, Hedi Slimane invited the artists Gus Van Sant and Oscar Tuazon to join him. A close friend of the artist, with whom he shares the same fascination for the impact of transformations on mankind, Gus Van Sant will present a sonic improvisation created in collaboration with Hedi Slimane in January 2010 in Los Angeles. Oscar Tuazon, on the other hand, will exhibit three new sculptures; whether a shadow ignorant of its causality or a project yet to be completed, all three pieces take their place in the gallery as partial sculptures.


















25. FEBRUARY. 2011 - 26. MARCH. 2011
ALMINE RECH GALLERY
ABDIJSTRAAT 20 RUE DE L’ABBAYE, BRUSSEL
1050 BRUXELLES
T +32 (0)2 648 56 84

CORNELIUS VÖLKER - ARTIST
























http://www.cornelius-voelker.de/

JIL SANDER FALL 2011 - MILAN FASHION WEEK





Jil Sander’s fall 2011 collection which followed in the vein of spring’s couture shapes and bold hues. Fall seemed a bit more sporty, however, with sweater knits and more sleek silhouettes inspired by Diane Arbus and 1950s ski-wear. Models walked down the catwalk with slicked back hair, red lips and blue eyeshadow for a showing of understated elegance.













Saturday, February 26, 2011

CALIFORNIA DREAMIN : MYTHS AND LEGENDS OF LOS ANGELES CURATED BY HEDI SLIMANE - ALMINE RECH GALLERY - PARIS

















Based on an idea by Hedi Slimane, the exhibition California Dreamin will be held from 26 February till 26 March 2011.
Hedi Slimane settled in Los Angeles two years ago, a move which considerably strengthened his long-standing interest in California's arts scene and culture.
In collaboration with Almine Rech Gallery, a artistic landscape emerged and the idea of an exhibition took shape, illustrated by Hedi Slimane's statement on the concept underlying the exhibition : "the approach is on symbols, signs, and fragments, a reduced semiotics, in black and/or white, of "intimate memory/mythology" or on the contrary 'public/propaganda'...

The following artists have been invited to particpate :
John Baldessari, Chris Burden, Bruce Conner, John McCracken, Aaron Curry, Mark Grotjhan, Mark Hagen, Patrick Hill, Dennis Hopper, Mike Kelley, Joel Morrison, Raymond Pettibon, Ed Rusha, Sterling Ruby, Jim Shaw, Bobbi Woods, Aaron Young.

The exhibition will also include works by Bruce Conner and late Dennis Hopper, two key figures and artists who are emblematic of Californian culture.





















































FASHION LYLYBYE - JULIAN MACDONALD - THE BOUDOIR - FALL 2011/2012




Julien MacDonald Fall 2011









Julien MacDonald Fall 2011





Julien MacDonald Fall 2011











Julien MacDonald Fall 2011






Ligeti Mvt. 5 by Adamhowcroftpromo
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...